AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Prince de Brooklyn. (Récit RP)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heidegger
The Iceberg
The Iceberg
avatar

Identité : Sage omniscient
Messages : 378

MessageSujet: Le Prince de Brooklyn. (Récit RP)   Lun 19 Juin - 15:41


Le Prince de Brooklyn








CARDINALIS





Citation :

Nous étions dans son antichambre lorsqu'il est arrivé. Nous voyant assis, il jeta un regard furtif à chacun des soldats présents dans la pièce, indiquant que nous devions tous nous lever.
Après lui suivirent deux chefs de dizaine, Michael Wallace et Fabio De Santis. Nous eteignîmes nos cigarettes et nous levâmes.  Leur allée brève mais intense reflétait la tension de la situation : tumultueuse, venimeuse, un combat de boxe sur un ring trop étroit entre des hommes prêts à tout pour décrocher la victoire. Ils entrèrent dans son bureau et refermèrent la porte aussitôt. J'échangeai des regards avec le reste de mes collègues; des regards craintifs et angoissés. Pas un seul d'entre nous ne parlait. J'ouvris mon paquet de cigarette Lucky Strike afin d'en fumer une nouvelle, ma quatorzième de la matinée, que j'avais principalement passée sur une chaise à attendre un ordre quelconque.

Trente-six minutes s'écroulèrent. J'eus le temps de boire deux tasses de café, fumer deux autres cigarettes et lire un article du New-York times de la veille. Soudain, j'entendis le plancher grincer; l'entrevue était terminée. Que s'étaient-ils dit ? La porte s'ouvrit, les deux invités sortirent l'un après l'autre avec autant de vigueur qu'à leur arrivée. Lui, semblait fatigué, autant qu'un homme ayant passé la nuit à donner des coups de fils et rencontré ses partenaires pu l'être. Il me sembla plus vieux : à seulement trente-quatre ans, il en paraissait presque cinquante. Il avait des cernes sous ses yeux bleus, une barbe "de trois jours" et les cheveux en bataille. Il jeta un nouveau regard sur l'équipe, tout en esquissant un léger sourire. Il dit alors : "Vous trois, vous allez retrouver le reste de l'équipe chez Vincenzo. Toi là-bas, tu vas aller chercher mon associé... -il ne pu se souvenir de son nom- Bon, tu vois de qui je parle. Il t'attendra à l'endroit habituel. Et vous deux, -il regardait vers moi- suivez moi dans mon bureau. Les autres, vous ne bougez pas !".

Nous le suivîmes. A l'intérieur, l'atmosphère était toute autre : il nous proposa un verre, que nous refusâmes, et mit un air de musique classique sur sa vieille radio. Il nous regarda, sourit, puis prêta attention à un document sur son bureau. Aucune parole, aucune discussion. Il prit le temps de se peigner, et, au bout d'une minute, nous dit tout en lisant son papier :

"-Ils pensent que je ne ferai rien. Ils pensent que je suis leur dévot.
- Que leur avez-vous dit ? Demanda mon collègue d'un air interloqué.
- Que je ne ferai rien, rétorqua-t-il.
- Qu'allons nous faire ?
- Je vais mener le combat de ma vie. Ils me savent moins équipé, c'est un avantage pour moi.
- Comment ça ?
- Si ils pensent que je ne fais pas le poids, ils ne se douteront jamais que j'envie la même place qu'eux. Il marqua une courte pause, puis reprit : Messieurs, vous êtes mes meilleurs soldats, j'ai toujours pris le risque de vous faire confiance. Aujourd'hui, c'est à vous de prendre ce risque.
- Que devons nous faire ! Répondit alors mon ami, plus déterminé que semblait l'être notre chef.
- Agir."

Il se tourna alors vers la fenêtre derrière son bureau, par laquelle il apercevait un parc de l'autre côté de la rue. Je le vis regarder une chose avec insistance, il était pensif. Que dire de cet homme ? Un être de lumière agissant dans l'ombre, au destin inéluctablement brillant. En public, il paraissait froid, si froid que la plupart des associés de la famille n'osaient pas lui adresser la parole. En privé, il était différent : il me parlait souvent de ce qu'il aimait faire. Il me parlait d'échec, qu'il a pratiqué des années durant, et de ses auteurs préférés. Il faisait partie de ces hommes qui pensaient qu'un livre vaut plus que n'importe quoi, que la culture est la seule richesse valable. Il était intelligent, rusé et avait l'esprit si aiguisé que ses mots auraient pu trancher en deux l'homme le plus sûr de lui.

Toutefois, je savais que son désir de pouvoir le pousserait à combattre Wallace et De Santis. La mort du Don était pour eux une aubaine, tous les trois prétendraient au trône. Le bras-droit n'était pas assez fort, je n'avais aucun doute sur sa mort prochaine. Pour Wallace et De Santis, mon ami n'était rien. Ils ne se méfiaient pas de lui, ils ne pensaient qu'aux coups bas qu'ils allaient se donner entre eux. Le prince, comme nous le surnommions, avait conscience de cet avantage certain et partit avec un tour d'avance. Il réunissait un maximum de partisans, dans le secret, car il avait la qualité de pouvoir convaincre le plus réfractaire des hommes à lui tendre la main.

L'air de musique que nous écoutions prit fin. Cette fin annonçait le début d'une lutte pour le pouvoir. C'était comme si nous avions changé de disque, et mit les Walkyries de Wagner. Tout comme les cardinaux qui ne s'avouent pas désirer plus, les trois chefs de régime allaient employer les stratégies les plus fourbes, dans un monde bien fermé, qui est le nôtre. Certains l'appellent mafia, d'autres Cosa Nostra. Nous aurions dû l'appeler la Sainte Eglise, car tel un conclave de cardinaux, les mafieux font leurs affaires loin des regards indiscrets. Le Prince y était préparé. À cet instant, il s'agissait d'élire le prochain Pape.


Une suite est prévue.





Spoiler:
 


Dernière édition par Heidegger le Lun 19 Juin - 21:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seref
Touriste.
Touriste.
avatar

Messages : 557

MessageSujet: Re: Le Prince de Brooklyn. (Récit RP)   Lun 19 Juin - 20:09

Histoire sublime, c'est un magnifique récit.


Revenir en haut Aller en bas
Monsieur Williams
Touriste.
Touriste.
avatar

Identité : Carter Williams
Messages : 151

MessageSujet: Re: Le Prince de Brooklyn. (Récit RP)   Mar 20 Juin - 5:59

Belle plume, hâte de lire la suite.
Revenir en haut Aller en bas
G'
Uomo di Mano
Uomo di Mano
avatar

Identité : Gacha Garcea
Messages : 143

MessageSujet: Re: Le Prince de Brooklyn. (Récit RP)   Mar 20 Juin - 19:12

Joli


Eugène Marbeau a écrit:
On ne peut refaire le passé, et tous le regrettent ; mais on peut construire l'avenir, et ne plus s'en rappeller.



"falco's dead"


Luis Garcea a écrit:
Les Garcea ont survécu à la rue, de dealer ils sont devenue tueurs, de tueurs ils sont devenue meneurs, de meneurs ils deviendront maîtres, de maîtres ils deviendront légendes.

Revenir en haut Aller en bas
-Da
Uomo di Mano
Uomo di Mano
avatar

Identité : Dadinho
Messages : 49

MessageSujet: Re: Le Prince de Brooklyn. (Récit RP)   Ven 21 Juil - 2:52

Pas mal


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Prince de Brooklyn. (Récit RP)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Prince de Brooklyn. (Récit RP)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-